Eurockéennes 2018 : interview de Jean-Paul Roland

Cela n’a échappé à personne, pour la 30ème fois les Eurockéennes s’installent sur la presqu’île du Malsaucy. Ce festival est devenu un événement incontournable du Territoire de Belfort. Cette année quatre jours sont au programme pour fêter cet anniversaire. Du 5 au 8 juillet plus de 60 artistes sont attendus. En bonus cette année, une grande roue sera installée sur le site, la Patrouille de France saluera les festivaliers depuis le ciel, la chapiteau mythique des premières année fait son retour sur la deuxième plus grande scène et une fresque géante sera dessinée dans Belfort, à la porte de Brisach. Un feu d’artifices clôturera le festival, même si ce n’est pas nouveau, il promet d’être somptueux à la façon dont il a été annoncé par les organisateurs.

 

L’an dernier, 130000 festivaliers ont été accueillis, c’est le record depuis la création des Eurockéennes. A l’heure où nous écrivons cet article les billets pour le jeudi ainsi que les pass week-end et 4 jours sont déjà épuisés. Les billets pour samedi

Copyright Photo : René Garcia

et les pass 3 jours le sont bientôt. Voilà qui semble bien parti pour battre ce record.

 

Le festival a été créé à l’origine par le conseil départemental du Territoire de Belfort pour promouvoir les arts et le tourisme. C’est un festival associatif, c’est à dire qu’à la base c’est une association de type loi 1901. Il doit faire face aujourd’hui à une très forte concurrence des festivals commerciaux qui se sont multipliés au fil des années. La programmation, éloignée des groupes commerciaux, fait partie du caractère unique des Eurockéennes qui lui permet de se distinguer et de rester une des références des festivals français pour faire découvrir de nouveaux artistes.

 

Jean Paul Roland, directeur des Eurockéennes a accordé au journal du Petit Mozart une interview :

 

Depuis quand êtes vous le patron ?

…rires… patron ça fait un peu

Jean-Paul Roland, directeur des Eurockéennes.
Copyright Photo :  René Garcia

sévère, en fait je suis directeur de l’association depuis 2001, donc 18 ans.

 

Combien de personnes travaillent aux Eurockéennes ?

On va les énumérer : déjà il y a moi, directeur. Une personne qui s’occupe de l’administration, une comptable qui va faire les fiches de payes, etc.. Deux personnes qui travaillent au partenariat, quand par exemple une marque assez connue veut venir aux Eurockéennes il faut la recevoir et établir un contrat de sponsoring. Une personne qui travaille au mécénat, pour ceux qui font des dons d’argent car ils aiment beaucoup les Eurockéennes, c’est une sorte de quête. Après il y a la communication, pour annoncer les groupes, il y a un community manager, c’est la personne qui va travailler sur les réseaux sociaux (facebook, instagram, etc…). Il y a une personne qui s’occupe de la technique, pour choisir l’emplacement de la grande roue par exemple, il va aller voir les pompiers, faire les documents, etc… Et bien entendu les programmateurs, qui sont deux plus un qui vient nous aider de temps en temps. Au total nous sommes environ 10 personnes à l’année mais on ne fait pas que ça. On s’occupe aussi d’une salle de musique, la Poudrière à Belfort, et on s’occupe aussi de spectacles et de rencontres avec les entreprises.

 

A quel moment de l’année commencez-vous à préparer les Eurockéennes ?

Alors en fait ça ne s’arrête jamais. Avant qu’une édition commence on réfléchit déjà aux groupes et aux marques pour l’année d’après. Sinon plus simplement, on commence à monter le chantier un mois avant et il faut environ une semaine pour le démonter après. On est 10 à travailler à l’année mais on est plusieurs milliers à travailler sur le chantier, des techniciens, des décorateurs, des électriciens, des plombiers, etc… comme une ville.

 

Comment sélectionnez-vous les artistes ?

On écoute beaucoup de

La scène de la plage.
Copyright Photo : René Garcia

musique et on voyage beaucoup dans le monde pour voir des groupes, au Japon, en Afrique, aux Etat-Unis,… et on regarde comment ils sont sur scène. Et là on se dit que ça serait bien qu’ils viennent aux Eurockéennes. Et il y a aussi les artistes que l’on connaît déjà. Une fois qu’on aime bien l’artiste il faut l’acheter alors on envoie un mail à son manager qui nous dira s’il est libre à ces dates là. Ensuite on négocie le prix. Plus les artistes sont connus et plus c’est cher. Mais aussi plus ils viennent de loin et plus c’est cher car ils viennent parfois avec beaucoup de matériel, certains viennent avec 20 camions de matériel. On ne paye pas que l’artiste il y aussi le matériel, les lumières et tout leur décor.

 

Est-ce que c’est dur de faire venir les artistes ?

Oui et non. Oui car le week-end des Eurockéennes il y a 50 autres festivals en même temps en Europe, il faut alors négocier au niveau du prix pour attirer les artistes que l’on veut recevoir et s’arranger sur la date de leur passage. Et non car il y a a peu près 1000 groupes qui nous demandent chaque année à venir aux Eurockéennes. Il y a plein de jeunes groupes qui nous demandent à aller aux Eurockéennes parce que c’est connu. Et il y a des stars où c’est nous que leur demandons de venir. Et ça dépend aussi s’ils en ont envie mais dans l’ensemble il y a beaucoup d’artistes qui ont envie de venir aux Eurockéennes, pour présenter leurs nouvelles chansons par exemple. Certains sont déjà venus quand ils n’étaient pas connus comme Orelsan et Stromaé et qui reviennent quand ils sont très connus.

 

Ça fait maintenant 2 ans que les Eurockéennes durent 4 jours, ça va continuer ?

Je ne sais pas, avant de décider si on fait un 4ème jour on demande s’il y a des artistes qui sont prêts à venir ce jour là. Et si c’est bon alors oui on annonce à tout le monde qu’on fait 4 jours.

 

C’est quoi la journée type du directeur à un mois des Eurockéennes ?

Ce sont des rendez-vous avec l’organisation de la sécurité, pour discuter de la circulation, de l’emplacement des bureaux ou de la localisation des gendarmes sur le site, c’est comme une ville. De la communication aussi, on lance des concours pour gagner des places. On regarde où en sont les ventes de billets. On doit lire et signer les contrats de plusieurs dizaines de pages avec les artistes. Il faut imaginer mon rôle comme celui d’un chef d’orchestre, avec plein de gens qui travaillent et chacun vient me demander son avis sur tel ou tel dossier.

 

Est-ce qu’il y a toujours assez de place au camping car tous ceux qui ont un billet pour les Eurockéennes peuvent y aller ?

Effectivement si tu as un billet tu as le droit d’y aller. Il y a moins de monde quand il pleut. Il y a beaucoup de gens qui viennent de l’extérieur mais il y a aussi des gens de Belfort qui ont envie d’aller au camping parce que c’est un endroit cool et ils sont avec des copains. On a un nouveau camping donc il y a beaucoup de place il y a même des terrains qu’on a pas encore exploité. On ne sait que le jour même combien il y aura de monde au camping. On sait combien de billets ont été vendus mais on ne sait pas combien viendront au camping qui est gratuit. On a déjà accueilli 18000 personnes au camping, c’est déjà beaucoup, ça en fait la deuxième ville du département. On a quand même beaucoup de place. Cette année on a fait un appel aux dons pour planter des arbres sur le terrain du camping.

 

 

Plage,foule,coucher de soleil. Copyright Photo : René Garcia

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :