“Au fond des bois dormants” de Marion Vaireaux

IMG_0564

Marion Vaireaux est arrivée de Marseille pour nous présenter son film documentaire et aussi pour nous faire partager son quotidien de réalisatrice. Son film raconte le quotidien d’une équipe de foot féminine dans une cité de la banlieue lilloise.

-Comment Marion Vaireaux en est-elle arrivée là  ?

Elle commence par nous expliquer que réalisatrice n’est pas son métier. Elle a travaillé pour le Crédit Agricole et s’est retrouvée au chômage ; alors elle a décidé de faire autre chose, et pourquoi pas réaliser un film…

C’est à Paris qu’elle entend parler du foot féminin. Elle-même n’a jamais fait de foot, mais à la maison, elle a grandi avec ses deux frères qui ont tous les deux faits du foot, alors qu’elle restait chez elle. C’est en rejoignant sa famille à Lille qu’elle prend la décision de faire un documentaire sur le football féminin. Cela lui prendra cinq ans.

-Pourquoi autant de temps ?

D’abord parce que l’équipe qu’elle a décidée de filmer se trouve dans un quartier sensible de la banlieue de Lille, un quartier HLM appelé les “Bois blancs”. Elle mettra deux ans à s’intégrer, à se faire accepter et à pouvoir filmer avec une caméra à l’intérieur de ce quartier difficile.

Une fois le moment de l’intégration passé, elle se met à filmer l’équipe. Elle les films sur le terrain bien sûr, pendant les entraînements et les matchs, mais également durant les moments qui entourent les activités sportives : les vestiaires, le temps des collations, les discussions entre filles…

IMG_0560Elle apprend à les connaître et filme même dans leur quotidien à l’intérieur de la cité. Elle s’intéresse alors à la façon dont les garçons perçoivent cette situation. Certains encouragent les filles car ils trouvent ça bien, alors que d’autre voudraient qu’elles arrêtent même car ils ne trouvent pas ça convenable pour les filles. Certains “grands frères” forces même leur soeur à arrêter et à quitter l’équipe. Marion Vaireaux montre bien les discriminations au quotidien, mais également à quel point il est difficile de sortir du quartier. Ainsi, Brenda, une fille qui jouait très bien à quitter l’équipe pour un meilleur club mais elle a tenu qu six mois. Son comportement n’était pas jugé convenable et elle était trop jeune.

Marion Vaireaux dit qu’elle a beaucoup appris de cette réalisation et elle a maintenant souhaité présenter ce documentaire auprès des plus jeunes pour leur monter les difficultés que peuvent rencontrer les filles au quotidien. Depuis qu’elle a fini son documentaire, l’équipe va mal. l’entraîneur est parti et le nouvel entraîneur était, en fait, un escroc… Il s’agit pour elle de montrer la détermination de ces filles qui veulent lutter contre la place qu’on leur donne habituellement : jouer au foot pour elles est plus valorisant que d’être une princesse de conte de fées qui dort au fond des “Bois Dormants” …

 

 Rédigé par : Cloé D.M., Lila D., Léa F., Junon M. et Julie M.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :