Les sentiers de la mémoire ; les 3eme au Linge et au Struthof

Le lundi 6 novembre pour les 3èmes B et E, et le jeudi 9 novembre pour les 3èmes A,C et D, il a fallu se lever plus tôt que d’habitude : c’était le jour de la sortie au Linge et au Struthof !

Photo : Collège Mozart

Photo : Collège Mozart

Les élèves et les professeurs accompagnateurs ont d’abord fait 2h de bus pour se rendre au Linge, dans les Vosges, au dessus d’Orbey.

Le premier arrêt s’est fait au cimetière de la bataille qui avait eu lieu là-bas, en 1915. Il était impressionnant par la masse de tombes alignées sur ce carré de verdure, en tout 2171 soldats sont enterrés ici. Sans compter les deux ossuaires, situés à l’extrémité de la nécropole,  où reposent 720 et 568 corps français. Chaque élève a alors dû choisir le nom d’un poilu sur une tombe, pour emporter son  souvenir avec lui et retracer sa vie.

Ensuite, les 3èmes ont visité le musée où ils ont pu visionner un film de 15 minutes environ. Il expliquait les conditions de vie inhumaines  des soldats. Il y avait aussi des témoignages de certains survivants.

Au fur et à mesure de la visite, il fallait remplir un questionnaire.

Les élèves ont marché dans les tranchées où ont combattu les soldats pendant la 1ère Guerre Mondiale. La bataille du Linge a duré 3 mois : du 20 juillet 1915 au 16 octobre 1915. Les Français étaient moins bien préparés que les Allemands à cette bataille, car ils étaient arrivés plus tard sur la zone du front.

C’est pourquoi les tranchées allemandes étaient en très bon état (bétonnées et propres) par rapport aux tranchées française dont il ne restait que des débris.

Le pique-nique a été pris au Linge, à côté du bus.

 

La suite de la sortie s’est déroulée au Struthof, près du mont Saint-Odile entre Sélestat et Strasbourg, dans un ancien camp de concentration nazi. Il y avait également un musée. Ce camp a été construit sur un territoire pentu et où il fait très froid. A partir de 1942, énormément de personnes ont été déportées dans ce camp (en tout 52 000, parmi lesquelles  des Tsiganes, des associaux, handicapés, homosexuels, juifs, déportés  politiques…).

Photo : collège Mozart

Photo : collège Mozart

Les élèves ont pénétré, en silence, dans une chambre d’extermination du camp. Dedans, il y avait un four pour incinérer les corps des déportés, et un chevalet à bastonnades, qui servait à les frapper jusqu’à évanouissement.

Puis ils ont visité une ancienne chambre à gaz qui était, elle, isolée du camp. C’est là que 86 juifs ont été gazés en 1943, sous l’ordre du commandant SS Joseph Kramer

 

Ils sont ensuite retournés dans le bus, sans trop vouloir réaliser que le passé ait pu porter de telles atrocités.

 

Le fait de se rendre sur des lieux où se sont produites tant de violences était assez traumatisant, mais très enrichissant d’un point de vue humain, car il faut se souvenir des injustices qui ont été commises, et des victimes qui sont mortes à cause d’elles.

Le ressenti des élèves :

Interview de  Chloé L. et Manon G

1)Qu’avez vous appris pendant cette sortie ?

J’ai appris qu’il faut être heureuse de notre vie d’aujourd’hui car celle d’avant était insupportable pour les gens de cette période, et qu’il faut arrêter de se plaindre pour tout et n’importe quoi car les personnes avant n’avaient pas ce qu’elles voulaient.

On a appris l’horreur de la guerre.

2)Quel moment de la journée avez vous préféré, et quel moment avez vous le moins aimé ?

J’ai aimé quand on était dans les tranchées, car on pouvait  s’imaginer ce que les soldats avaient vécu pendant la guerre.

L’endroit que j’ai le moins aimé était au Struthof car des milliers de personnes y sont mortes.

3)Quel lieu vous a-t-il le plus horrifié ?

La salle crématoire, car s’imaginer des gens se faire brûler est terrifiant.

Moi aussi, c’était la salle crématoire.

4)Quels sentiments avez vous éprouvés à la fin de cette journée, en retournant dans le bus ?

Moi même j’ai pleuré dans le bus car de voir des gens rire en sortant de ces pièces est affreux.

C’est très difficile à décrire…

5)Vous trouviez vous un peu jeunes pour vivre cette expédition ?

Non, je ne me sentais pas trop jeune pour cette expérience car il faut savoir ce qui s’est passé.

Non, car ça nous montre qu’il faut tout faire pour ne pas recommencer une guerre.

 

Témoignage de Sébastien H.

Le passage au Linge ne m’a pas laissé indifférent. Il est triste de se dire que là où j’ai marché, plusieurs soldats sont décédés.

La visite du Struthof était dure. Impossible de se dire que des gens ont été fusillés, pendus, brûlés, que certains sont morts d’épuisement, … Je ressens de la haine pour ce qui s’est passé là-bas. Hélas, on ne peut changer l’Histoire…

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :